System.Xml.XmlException: Référence à une entité non déclarée, 'nbsp'. Ligne 5, position 149. à System.Xml.XmlTextReaderImpl.Throw(Exception e) à System.Xml.XmlTextReaderImpl.HandleGeneralEntityReference(String name, Boolean isInAttributeValue, Boolean pushFakeEntityIfNullResolver, Int32 entityStartLinePos) à System.Xml.XmlTextReaderImpl.ResolveEntity() à System.Xml.XmlLoader.LoadEntityReferenceNode(Boolean direct) à System.Xml.XmlLoader.LoadNode(Boolean skipOverWhitespace) à System.Xml.XmlLoader.LoadDocSequence(XmlDocument parentDoc) à System.Xml.XmlDocument.Load(XmlReader reader) à System.Xml.XmlDocument.LoadXml(String xml) à Common.XSLCT(String xsltFile, XsltArgumentList args, XmlDocument xmlData) dans d:\wwwroot\video\App_Code\Common.cs:ligne 150

     

    Pierre Boulez a commencé l'étude du piano à l’âge de six ans. L’instrument ne le quittera plus - même s’il ne se produira en public que de manière épisodique en tant que pianiste, la plupart du temps dans ses propres œuvres. Les douze Notations de 1945 constituent la première pièce qu’il trouvera suffisamment réussie pour intégrer son catalogue. Ces aphorismes musicaux témoignent d’une indéniable efficacité et d’une grande variété d’atmosphère, tantôt contemplatives, tantôt explosives. Un monde les sépare de la Première Sonate, composée seulement un an plus tard : entre-temps, Boulez avait découvert Schönberg et Webern grâce à René Leibowitz. En 1957, le compositeur créa lui-même deux des cinq formants initialement prévus de la Troisième sonate, dont Florent Boffard nous dévoile des fragments jusqu’ici inconnus.

    Suggestions