Gesualdo Madrigaux. Solistes des Arts Florissants - Paul Agnew

Concert enregistré à la Philharmonie de Paris (Salle des concerts - Cité de la musique) le 14 octobre 2020

Dans le cadre de leur intégrale des madrigaux de Gesualdo débutée en 2018, Les Arts Florissants interprètent le cinquième livre (1611), publié deux ans avant la mort du compositeur, dans lequel il affirme son originalité et sa maîtrise du genre.

 

 

Gesualdo est une figure singulière parmi les compositeurs. Il est d’abord Prince – et rares sont les grands nobles qui ont marqué l’histoire de la musique. Ensuite, sa vie romanesque est source de divers mythes plus ou moins véridiques. Sombre et jaloux, il tue en 1590 sa première femme et son amant. Certains y voient l’une des sources de son œuvre. En réalité, il composait déjà, mais ses remords auraient sublimé son art. L’avant-gardisme de ses polyphonies vocales a contribué à inventer une nouvelle rhétorique musicale. Dans ce cinquième livre de madrigaux, celle-ci se fait plus audacieuse encore, plaçant dissonances, chromatismes et rythmes irréguliers au service d’un verbe poétique volontiers torturé, tiraillé entre des ếthê contradictoires.