Gesualdo Madrigaux. Solistes des Arts Florissants - Paul Agnew

Concert enregistré à la Philharmonie de Paris (Salle des concerts - Cité de la musique) le 07 octobre 2019

Paul Agnew et Les Arts Florissants poursuivent leur traversée de l’œuvre de ce prince renaissant qui a fasciné les modernes par ses audaces chromatiques.

Dès le premier madrigal de ce troisième livre, Gesualdo rompt avec l’écriture plus galante de ses précédents recueils pour expérimenter une harmonie de plus en plus abstraite, faite de contrepoints et de chromatismes qui mettent en lumière le texte de manière douloureuse et souvent surprenante. L’avant-gardisme de ces polyphonies a contribué à inventer une nouvelle rhétorique musicale, une esthétique de l’épure, entre ténèbres et lumières, que nombre de commentateurs ont voulu associer au romanesque de la vie du compositeur. Prince de Venosa, Gesualdo est connu comme le « compositeur assassin » : d’un naturel jaloux et tourmenté, il tue en 1590 sa première femme, Maria d’Avalos, et son amant qu’il a surpris dans ses bras.

Suggestions