Symphonies n°2 et 4 de Tchaïkovski par Philippe Jordan et l'Orchestre de l'Opéra national de Paris

concert enregistré à la Philharmonie de Paris (Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie) le 27 mars 2018

Philippe Jordan et l’Orchestre de l’Opéra de Paris interprètent les Symphonies n° 2 et n° 4 de Tchaïkovski.

Dans la Symphonie n° 2 « Petite Russienne » de Tchaïkovski, l’humeur est encore à la joie et à l’exubérance, mais dès la Symphonie n° 4, première des symphonies du « fatum », l’insouciance se voile et laisse apparaître une terrible mélancolie, que parviennent difficilement à estomper les échos d’une fête villageoise. Contemporaine de l’opéra Eugène Onéguine, la Symphonie n° 4 affirme également la maîtrise formelle du compositeur russe : la pièce est unifiée par la sonnerie de cuivres entendue dès le début de l’œuvre. Un thème que Tchaïkovski aurait imaginé en entendant le finale tragique de Carmen