Nicholas Angelich joue Bach, Beethoven, Brahms, Prokofiev

concert enregistré à la Philharmonie de Paris (Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie) le 06 octobre 2017

Artiste complet et virtuose de premier ordre, Nicholas Angelich magnifie quelques-unes des plus belles méditations du répertoire pianistique, signées Bach, Beethoven et Brahms, avant de se confronter à l’immense Huitième Sonate de Prokofiev.

Captation produite par Electron Libre avec Mezzo

 

Interprète éclectique, Nicholas Angelich impressionne autant par son sens de l’introspection que par sa capacité à déchaîner des ouragans pianistiques. Le Choral de Bach/Busoni et la célèbre Sonate « Clair de lune » de Beethoven lui permettent de donner libre cours à un tempérament volontiers secret. Méditations que traversent à l’occasion une houle tempétueuse, les Fantaisie op. 116 figurent parmi les sommets de la musique de Brahms, créateur cher au cœur du pianiste franco-américain. Enfin, si la Huitième Sonate de Prokofiev commence dans un climat automnal, elle ne tarde pas à exploser d’une énergie et d’une force peu communes. Créée par le grand Emil Gilels, elle s’impose comme la plus riche et mystérieuse des neuf sonates du compositeur russe.