Orchestre national d’Île-de-France, Enrique Mazzola : Ruggiero Leoncavallo, Gustav Mahler, Engelbert Humperdinck, Sergueï Prokofiev

concert enregistré à la Philharmonie de Paris le 15 décembre 2015 (grande salle)

Captation produite par Héliox Films, l'Orchestre National d'Ile de France et Armor TV en association avec France Musique, Angers Télé et la Philharmonie de Paris

Il n’y a pas de contes naïfs dont on se souvienne. Ceux qui continuent de nous passionner, que l’on soit grand ou petit, sont ceux mêlant l’enfance, le rêve et l’effroi.

Dans le recueil du Cor enchanté de l’enfant (Des Knaben Wunderhorn), Mahler puise des textes de chansons traditionnelles allemandes pour écrire des lieder de caractère, comme des “humoresques”. C’est leur enchaînement qui peut constituer une sorte de cycle, comme une mini-histoire faite d’émerveillement enfantin et de regard philosophique sur le monde qui nous entoure. Loin de la nostalgie de Mahler, Humperdinck choisit la légende populaire d’Hansel et Gretel rapportée par Grimm : deux enfants sont perdus dans la forêt par leurs parents et se retrouvent face à une sorcière anthropophage qui les amadoue avec sa maison en pain d’épices… Dans Pierre et le Loup, Prokofiev s’amuse avec une histoire moins machiavélique : Pierre joue dans la campagne russe, près de la maison de son grand-père. Un loup rode et dévore le canard de la ferme. Pierre réussit à lui ligoter la queue, puis convainc les chasseurs de ne pas le tuer avant de l’emmener finalement au zoo. Il y a plus de peur que de mal, dans ce conte indémodable qui ravit les petits et les grands grâce à sa musique si inventive !