John Adams et le Asko / Schönberg Ensemble

concert enregistré à la Cité de la musique le 27 mars 2010

De ShakerLoops (1978) à la Chamber Symphony (1992) et à sa « progéniture » (Son of Chamber Symphony, 2007), c’est toute l’aventure rythmique de John Adams que ce concert donne à entendre. Initiée dans le sillage du minimalisme, elle se tourne ensuite vers des polyrythmies endiablées.

Captation produite par la Philharmonie de Paris - Enregistrement France Musique

 

Shaker Loops est une sorte d’hommage aux procédés de boucles répétitives inventés par Steve Reich, Terry Riley et Philip Glass, tout en prenant des distances avec leur esthétique minimaliste par la recherche d’une frénésie que le titre évoque ironiquement en faisant allusion à la secte des Shakers. Avec la Chamber Symphony et sa « descendance », on assiste en revanche à des superpositions rythmiques d’une grande virtuosité. John Adams raconte à ce propos qu’il était en train d’étudier la partition de la Symphonie de chambre de Schönberg, lorsqu’il prit conscience que son fils âgé de sept ans regardait des cartoons dans la pièce à côté : « Les partitions pour les cartoons se mélangèrent dans mon esprit avec la musique de Schönberg, elle aussi hyperactive, acrobatique et guère moins agressive ; je réalisai soudain tout ce que ces deux traditions avaient en commun. »

Programme de salle