Staatskapelle Berlin, Daniel Barenboim : symphonie n°9 de Bruckner

concert enregistré à la Philharmonie de Paris (grande salle Pierre Boulez) le 10 septembre 2017

Le cycle Mozart / Bruckner de Daniel Barenboim se clôt en beauté avec la vitalité grisante, non dénuée de mélancolie, du Concerto pour piano n° 23 du premier, et la grandeur de la Symphonie n° 9 du second, méditation métaphysique traversée de secousses telluriques.

L’ultime rendez-vous du cycle Mozart / Bruckner confectionné par Daniel Barenboim fait se confronter deux sommets de la musique. Daté de 1786, le Concerto en la majeur demeure célèbre pour la cantilène poignante de son Adagio, bien que la partition se caractérise par sa vitalité ailée. Dédiée au « Bon Dieu », la dernière symphonie de Bruckner, restée inachevée, s’impose comme un des édifices orchestraux les plus majestueux et vibrants du répertoire. Deux volets aux proportions monumentales, où le sublime côtoie le lyrisme le plus pur, encadrent un sardonique Scherzo, vision véritablement infernale. Ce magnifique concert offre une nouvelle occasion à Daniel Barenboim de montrer l’étendue et la diversité de son talent.