Hommage à Cesaria Evora

concert enregistré à la Philharmonie de Paris (salle des concerts) le 11 juin 2017

Autour de l’orchestre réunissant les musiciens qui ont suivi Cesaria Evora toute sa vie, un hommage par de grands artistes cap-verdiens, brésiliens ou angolais : Teofilo Chantre, Flavia Coelho, Lura et Bonga.

Suite à un problème technique indépendant de notre volonté, le son du concert est monophonique. Nous vous remercions de bien vouloir nous en excuser. Ce problème sera résolu dans quelques jours.

 

Des bars de Mindelo (la capitale culturelle du Cap-Vert) aux scènes internationales, Cesaria Evora a révélé au monde la
richesse de la morna, ce genre musical qui chante volontiers les exils et la nostalgie. Autour de l’orchestre désormais légendaire réunissant les musiciens qui l’ont suivie toute sa vie, un hommage par de grands artistes cap verdiens, brésiliens ou angolais.

Elle a beau s’être envolée vers d’autres cieux en 2011, la voix de Cesaria Evora n’a pas fini de résonner. Le spleen de la saudade, le groove chaloupé des coladeras, le blues des mornas, chaque musique trouvait dans celle que l’on surnommait la Diva aux pieds nus un passeur envoûtant, touchant et sincère. C’est un orchestre composé des musiciens qui l’ont accompagnée toute sa vie qui célèbre la mémoire mais surtout la musique de l’humble star cap-verdienne. Pour le chant, des grands noms sont réunis pour l’occasion. Teofilo Chantre d’abord, vieux compatriote complice de Cesaria Evora dans le rôle du maître de cérémonie. Mais aussi la Brésilienne Flavia Coelho dont la voix sensuelle épouse les contours de la morna. Ou bien encore Bonga, légende vivante d’Angola, qui dès 1974 avait chanté le fameux Sodade avant qu’il ne soit popularisé par Cesaria…