Ensemble intercontemporain : Ramon Lazkano, Matthias Pintscher

concert enregistré à la Philharmonie de Paris (salle des concerts) le 15 novembre 2016

Matthias Pintscher imagine une éclipse sonore en trois temps : dans occultation, en 2010, on assiste à la superposition
de deux pièces antérieures. Tandis que le compositeur Ramon Lazkano multiplie les variations sur l’« envol » (Egan en basque) ou sur la « poussière d’étoiles » (Izarren hautsa).

L’un est basque, l’autre allemand. Ils ont trois ans d’écarts. Tout semble séparer leurs musiques — et pourtant. Ramon Lazkano et Matthias Pintscher partagent une fascination pour l’art contemporain ainsi qu’un certain penchant à trouver dans la nature l’impulsion métaphorique qui met l’écriture en mouvement. Les trois Egani, extraits du vaste Igelstoen Laborategia (Le Laboratoire des craies), sont placées sous le signe du vent, du souffle, de l’évanescence — métaphore de l’écriture et de son érosion subséquente — tandis que, dans Izarren Hautsa, Ramon Lazkano porte ses regards vers l’architecture et le révélation de ses formes sur le papier. Quant à Matthias Pintscher, il établit dans les deux premiers volets du triptyque Sonic Eclipse, deux caractères différents (le trompette et le cor), avant de les réunir dans le dernier, dans un Occultation aux allures de symphonie concertante.